Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Soumise dans l'âme.over-blog.com

Soumise dans l'âme.over-blog.com

La soumission d'une femme libre à son maître adoré...

10 Août 2014

Les bons côtés du bdsm

Les personnes qui se livrent à des pratiques sexuelles relativement perverses, impliquant des choses telles que le bondage et le sadomasochisme, pourraient être en meilleure santé mentale que celles qui ne les pratiquent pas, selon une nouvelle étude. Il est donc temps de (res)sortir fouets et menottes.

BDSM est un terme générique qui relie principalement Bondage et Discipline (B & D) avec le Sadisme et le Masochisme (S & M). La culture du BDSM, cependant, ne se limite pas à ces choses et inclut souvent les amateurs de latex, les fétichistes et d’autres types d’excentricité.

Fait intéressant, le BDSM est répertorié dans la dernière édition (5ème) du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), qui est souvent appelé "la bible du psychiatre." Le manuel ne liste pas le BDSM comme un trouble, et se réfère plutôt à la pratique comme une paraphilie ou fixation sexuelle inhabituelle.

De toute façon, les études n’ont pas réussi à lier le BDSM et d’autres déviances légères avec des problèmes psychologiques, de sorte que certains psychiatres voient leur inclusion dans le manuel comme stigmatisante.

Dans la nouvelle étude, publiée récemment (lien plus bas), les chercheurs disposaient de 902 personnes pratiquant le BDSM et de 434 non-BDSM ou à la sexualité vanille(comportement sexuel conventionnel), ils devaient répondre à des questionnaires. Ils n’ont pas dit aux participants le vrai but de l’enquête, qui leur a demandé de répondre à de nombreuses questions sur leur personnalité, la sensibilité au rejet, le style d’attachement dans les relations et le bien-être.

Les “BDSM”, qui jouaient souvent un rôle dominant dans les actes sexuels, ont obtenu les meilleurs scores dans tous les domaines, comparativement aux soumis et aux personnes qui errent entre les rôles dominants et soumis. Mais même les soumis, qui ont fait le plus faible score de ces trois groupes, obtenaient fréquemment des résultats plus élevés que les participants à la sexualité vanille sur les enquêtes de la santé mentale (et jamais plus bas).

Donc, ses nouveaux résultats montrent que sur un niveau de base, les pratiquants du BDSM ne semblent pas être plus troublés que la population générale. Ils étaient plus extravertis, plus ouverts aux nouvelles expériences et plus consciencieux que les participants à la sexualité vanille; ils étaient également moins névrosés, un trait de personnalité marqué par l’anxiété. Les amoureux du BDSM ont également obtenu des scores plus faibles que le grand public sur la sensibilité au rejet, une mesure de la façon dont les personnes sont paranoïaques au sujet des sentiments que peuvent éprouver les autres envers eux. Les chercheurs ont constaté que les “BDSM” ont montré des niveaux plus élevés de bien-être dans les deux dernières semaines, que les personnes extérieures à ces pratiques et qu’ils ont exprimé des sentiments d’attachement plus surs dans leurs relations.

Les chercheurs ne savent pas encore pourquoi les BDSM semblent être psychologiquement en meilleur santé que le reste de la population, mais ils suggèrent que cela pourrait à voir avec le fait d’être plus conscients de leurs besoins et de leurs désirs sexuels, ce qui conduit à moins de frustration globale dans leurs relations physiques et émotionnelles.

Les bons côtés du bdsm Les bons côtés du bdsm Les bons côtés du bdsm

"Pour un plaisir, mille douleurs."

François Villon

Publié par eva à 08:53am

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires